Compétences dagglomération: Saint-Bruno et Brossard portent en appel la dernière décision

Les dirigeants du Réseau de transport de Longueuil disent mieux connaître les besoins en matière de transport en commun des citoyens de Saint-Bruno-de-Montarville.

Ils ont maintenant lintention danalyser les éléments recueillis à la suite de trois ateliers auxquels ont participé des Montarvillois lors de la soirée de consultation tenue au centre Marcel-Dulude lundi soir.

Le directeur général du RTL, Michel Veilleux, affirme que ce sont des outils donnés par la population pour travailler sur le cadre de la révision de son offre de service sur le territoire.

Une cinquantaine de citoyens ont pris part à lactivité pour transmettre leurs priorités pour espérer voir apparaître des solutions concrètes pour améliorer loffre de service de transport collectif pour cette ville de lagglomération de Longueuil.

Le RTL tient ces consultations en marge avec la venue en 2021 du REM et M. Veilleux indique que certaines modifications dans le transport pourraient être mises en place au cours des prochains mois.

GESTION. Le plus récent revers essuyé par les villes liées dans les procédures judiciaires visant à revoir la gestion des compétences dagglomération de Longueuil ne freine pas Saint-Bruno-de-Montarville et Brossard, qui porteront la cause en appel. Saint-Lambert se retire quant à elle du dossier.

Dans une décision rendue le 9 août, le juge Martin Castonguay rejette la demande des villes de Brossard, Saint-Bruno et Saint-Lambert. Ces dernières réclamaient des montants pour les années 2012, 2013 et 2014, reprochant à la Ville de Longueuil sa façon de gérer les compétences dagglomération.

Elles réclamaient aussi la nullité dun article du Règlement de partage des dépenses mixtes (RPDM), qui aurait modifié les montants quelles devaient et devraient payer comme villes liées.

Boucherville soutenait dailleurs la position des villes liées, réclamant de ce fait la répétition de lindu. Cette intervention a aussi été rejetée par la Ville.

À la séance du conseil dagglomération du 20 septembre, le maire de Saint-Bruno-de-Montarville Martin Murray est revenu brièvement sur cette décision et a affirmé que Saint-Bruno et Brossard iraient en appel.

On a une volonté de réussir dans ce dossier, a-t-il affirmé. On est dans une situation très instable, qui va le rester tant et aussi longtemps quon narrivera pas à une structure permettant de sortir de la gestion de lagglomération de Longueuil à proprement dit, a-t-il soutenu.

Il a rappelé la situation vécue entre Québec et Saint-Augustin-de-Desmaures et LAncienne Lorette, un dossier dans lequel le juge a récemment répondu aux demandes des municipalités en lien avec le RPDM et a sommé Québec de leur verser au-delà de 30 M$.

La mise en place dune MRC, la prise de décision sur la base dune double majorité et le financement basé sur une répartition de 50% selon la population et 50% selon la richesse foncière sont les principaux chevaux de bataille des villes liées.

À la séance, la mairesse de Brossard Doreen Assaad a souligné la belle complicité et lavancement des discussions entre lensemble des villes de lagglomération de Longueuil, ajoutant dun même souffle quelle aurait souhaité quon entre plus dans le fond de certaines questions.

En entrevue, elle a précisé pourquoi Brossard a voulu porter la cause en appel. On veut régler des iniquités du passé. On a demandé des analyses, par nos procureurs, et on pense que ça vaut la peine, a-t-elle mentionné.

Le maire Pierre Bordeur a avisé que Saint-Lambert ne suivrait plus ses homologues dans ce dossier et ne serait pas des villes qui portent la cause en appel.

Javais un slogan durant la campagne: œuvrons en harmonie. Je le répète souvent, cest ma philosophie. Jai limpression que nous avons avancé, nous avons fait un pas dans la bonne direction, je suis optimiste, a-t-il affirmé.

Il a donné sa pleine confiance en les élus de lagglomération, se réjouissant notamment de la volonté des maires de faire avancer les choses et du rétablissement de la table des maires.

Mettons en valeur nos actifs, arrêtons de nous diviser, arrêtons de perdre de notre temps sur des divisions. Soyons tourné vers lavant, a-t-il conclu.

HUMOUR. Sept ans après la présentation de son dernier one man show, Eddy King se dit prêt à retrouver son public avec un spectacle plus personnel, dont le titre se veut…

Les automobilistes de la Rive-Sud souhaitant se rendre Montréal aux cours des prochains jours devront sarmer de patience. Les travaux…

La vérité en mange toute une sur Facebook à propos des files dattente monstres devant les points de vente de la Société québécoise du cannabis. Une photo en noir…